Yannick Jaulin

Projet Saint Rock

Saint Rock, variant anglais de saint Roch

Il est grand temps de se remettre à implorer Roch, le saint populaire invoqué depuis plus de six cents ans pour délivrer les hommes des épidémies meurtrières.

--

Juillet 2018, Yannick Jaulin suivant un âne sur ses terres d’origine, meloune des airs, fait pulser des textes sur le rythme d’une carriole ou des cailloux du chemin. Ça fait déjà un bail que lui tarabuste l’envie de remonter un groupe pour faire sonner sa langue. Pascal Ferrari rencontré via le monde des spectacles de rue, lui renvoie un premier titre orchestré pour Noël 2019. Leur collaboration est très vite une évidence.

Comme l’est la constitution du groupe et le déroulement du projet qui n’a au départ aucun plan, aucune perspective, juste un besoin, un impératif.

Une musique qui prend le temps de se déplier des années 70 à nos jours. Guitares, piano Rhodes, accordéon, claviers analogiques, batterie, chant. Un gros son, un univers très singulier.

Avec cette langue particulièrement musicale, musique et verbe étant « parajes » (accordés) en émotions partagées, au service l’un de l’autre.

Une équipe aguerrie de vieux briscards et des textes qui racontent le dedans et le dehors, un rapport à l’ordinaire et à la terre immédiate ou commune.

--

Cette langue rare, c’est la mienne.

Qu’importe son nom. Elle sonne.

Et les musiciens du Projet Saint Rock savent en faire résonner le meilleur.

J'ai toujours entendu ma langue "sonner". Avant de faire danser ses mots sur une scène, j’ai d’abord voulu l’amplifier.

Ses diphtongues, ses formes raccourcies, je sentais qu’elle était faite pour ça.

Il m’a fallu faire un long détour par les mots des histoires, pour éclaircir ce qui me semblait lumineux.

Elle est devenue une langue de scène revivifiée, hors de sa cabourne natale. Il était temps de la rebrancher sur le secteur, exprimer son énergie neuve. Parce que ses mots sont jeunes et disent leur part avec une fraicheur que n’ont plus les langues lasses, les grosses langues pesantes à force de porter le faix du monde.

Yannick Jaulin

--

Lumières : Tony Dreux

Son : Laurent Dahyot, Jean Bertrand André

Visuels, scéno : Yves Gomez

Production : Le Beau Monde ? Cie Yannick Jaulin

Coproductions : CPPC (Rennes), Théâtre de Gascogne (Mont-de-Marsan), La Balise (Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie)

Administration communication : Olivier Allemand, Mélanie Guitton, Mael Neveu

Crédit photos : Jean Bertrand André et Eddy Rivière

Puisqu’il faut donner une date de naissance : 30 Janvier 2021 / La Balise Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Suivez les actus du Projet Saint Rock sur Facebook !

Contact programmation/information : Mélanie Guitton / communication@yannickjaulin.com / 06 30 74 99 00

Galerie Photos

Newsletter

Pour ne rien louper, inscrivez-vous à la Newsletter